L’Étranger venu d’Afrique

Dimanche 30 janvier 2022, 18h00 – Salle 300

Années 90 | Court métrage | Fiction | Programmation Janvier | Section Afrique
Joseph Kumbela | RDC

de Joseph Kumbela

Fr.–RDC fict. vostf 1998 coul. 13min (35mm)

©Joseph Kumbela

Pékin, en fin de journée. Sun, une jeune femme chinoise, rentre chez elle où l’attend son amant, un jeune étudiant africain. Leurs différences culturelles provoquent des conflits mais aussi le voyeurisme des autres.

Joseph Kumbela

Joseph Kumbela est né en 1958 au Zaïre (aujourd’hui République démocratique du Congo). À l’âge de treize ans, il s’installe à Paris, où il étudie le design et travaille dans le domaine du design, pendant dix ans. Lorsque sa compagnie a fait faillite, il a décidé d’aller à New York pour étudier la danse et le théâtre. Il a commencé dans un théâtre à New York, puis a déménagé à Los Angeles où il a étudié à la Play House de la Sunset School of Acting.

Il a également eu des seconds rôles dans des téléfilms français. En 1991, il obtient un rôle dans Gito, l’ingrat de Léonce Ngabo et participe également à la mise en scène. Il obtient le prix du meilleur premier rôle masculin au FESPACO en 1993. Il part ensuite en Suisse et commence à écrire des films. Ses crédits de scénarisation incluent Génisse, princesse au pays des mille collines et Bagamoyo : ici meurt mon coeur.

Filmographie :

Entre-deux (1992)

Perle noire (1994)

Colis Postal (1996)

Taxcarte (1996)

L’Étranger Venu d’Afrique (1998)

Ce film s’inscrit dans une séance de courts métrages comprenant :
Le Damier
La Grammaire de grand-mère
Portrait of a Young Man Drowning
One Sunday Morning

La Grammaire de grand-mère

Dimanche 30 janvier 2022, 18h00 – Salle 300

Années 90 | Court métrage | Documentaire | Programmation Janvier | Section Afrique
Cameroun | Jean-Pierre Bekolo

de Jean-Pierre Bekolo

Fr.–Cam. doc. vf 1996 coul. 8min (vidéo)

Le grand cinéaste sénégalais Djibril Diop Mambéty (Touki Bouki, Hyènes, Badou Boy), en évoquant ses premières expériences de cinéma, le définit ainsi : “C’est une grand-mère qui sait raconter des histoires… mais grand-mère elle-même permet qu’on la trahisse… Grand-mère veut que l’on recommence chaque fois l’histoire d’une autre façon.”

Jean-Pierre Bekolo

Jean-Pierre Bekolo Obama est cinéaste et enseigne le cinéma aux États-Unis. Né au Cameroun, il est révélé à Cannes 1992 avec son film Quartier Mozart qu’il réalise à tout juste 25 ans. Ce film a obtenu de nombreux prix à Locarno, Montréal, Ouagadougou et une nomination aux British Awards aux côtés de Reservoir Dogs de Taranti

Pour les 100 ans du cinéma, il réalise Le Complot d’Aristote, un film appartenant à une série commandée par le British Film Institute à laquelle ont participé Martin Scorsese, Stephen Frears, Bernardo Bertolucci et Jean-Luc Godard. Il a été professeur à l’University of North Carolina à Chapel Hill, à la Virginia Polytechnic Institute et à Duke University. Il a notamment développé une méthode d’enseignement, Auteur Learning, qu’il expérimente dans les Universités noires des Etats-Unis. Son dernier long métrage, Les Saignantes, a obtenu l’Etalon d’Argent et le prix Meilleures Actrices au Fespaco 2007. Il a réalisé la même année une installation vidéo, Une Africaine dans l’Espace, au Musée du Quai Branly à Paris. Son livre Africa for the Future sort en 2009 chez Dagan.

Filmographie :

2015 : Les choses et les mots de Mudimbe (doc. 243 mins)
2013 : Le Président (mocumentaire, 63 mins)
2006 : Avez-vous vu Franklin Roosevelt ? (en cours)
2005 : Les Saignantes (Etalon d’Argent, Fespaco 2007).
1996 : La Grammaire de ma grand-mère (TV – 8 mn)
Le Complot d’Aristote
1992 : Quartier Mozart

Ce film s’inscrit dans une séance de courts métrages comprenant :
Le Damier
L’Étranger venu d’Afrique
Portrait of a Young Man Drowning
One Sunday Morning

Le Damier

Dimanche 30 janvier 2022, 18h00 – Salle 300

Années 90 | Court métrage | Fiction | Programmation Janvier | Section Afrique
Balufu Bakupa-Kanyinda | RDC

de Balufu Bakupa-Kanyinda

Rép. dém. du Congo fict. vf 1996 n&b 40min

(cin. num.)

Pour meubler une nuit d’insomnie, le Président-fondateur-à-vie, premier citoyen de son pays, joue aux dames avec un homme de la rue que l’on dit champion populaire toutes catégories…

Restauration 2K par New York University (NYU) en partenariat avec le Service de Coopération et d’action culturelle de l’Ambassade de France de NY et la Cinémathèque Afrique

Balufu Bakupa-Kanyinda

Né le 30 octobre 1957 à Kinshasa (ex Zaïre, actuel RDC: République Démocratique du Congo).

Études de Sociologie, Histoire (contemporaine & de l’Art) et Philosophie à Bruxelles. Formation au cinéma en France, en Angleterre et aux États-Unis.

Membre fondateur de la Guilde Africaine des Réalisateurs et Producteurs.
1979-1981 : animateur au Centre Culturel Français de Lubumbashi (Katanga, RDC)
1999-2001 : membre de la commission de courts métrages, CNC, France.
2000-2003 : member d’INPUT 2000 (International Public Television. Cape Town,
Afrique du Sud)
2001-2002 : membre de CreaTv, programme de l’Unesco pour les télévisions du Sud.

Filmographie :

Dix Mille Ans De Cinéma,

Thomas Sankara

Le Damier – Papa National Oyé !

Bongo Libre

Article 15 Bis

Écrits :

« Les Visages de la mort au Shaba », carnet de voyages 1979-1981. Centre Culturel Français, Lubumbashi. Zaïre. 1981.

« Si tu es Afrique… », Théâtre. Centre Culturel d’Auderghem. Bruxelles.
Belgique. 1984.

« ZAIRE 1885-1985 : cent ans de regards belges ». C.E.C. Bruxelles. Belgique. 1985. (auteur et coordinateur du projet)

« Les routes du Sud : l’image du Noir dans le Cinéma français », in catalogue du Festival d’Amiens, Amiens. France. 1986.

« Not Guilty – riot in L.A. 1992. » poèmes. Nu-Art. Los Angeles, CA., USA. 1992.

« De l’expression historique », in L’Afrique et le Centenaire du Cinéma. Collectif. Fépaci. Ed. Présence Africaine, Paris. France. 1995.

« Scénario : de la conviction culturelle », in Le Film Africain, revue, Amiens, France. Mai 1997.

« Regards concaves sur l’Afrique », Musée Européen de la Photographie, Paris, 1998.

« Une si longue mémoire » (les traces de l’esclavage), Revue Présence Africaine, Ed. Présence Africaine, Paris, 1998.

Ce film s’inscrit dans une séance de courts métrages comprenant :
La Grammaire de grand-mère
L’Étranger venu d’Afrique
Portrait of a Young Man Drowning
One Sunday Morning

Ça twiste à Popenguine

Dimanche 30 janvier 2022, 15h00 – Salle 300

Années 90 | Court métrage | Fiction | Programmation Janvier | Section Afrique
Moussa Sene Absa | Sénégal

de Moussa Sene Absa

avec Ismaël Thiam, Ousmane Bo
Sénégal fict. vf 1993 coul. 1h27 (vidéo num.)

Milieu des années 50. Dans un petit village sénégalais, Popenguine, un groupe de jeunes adolescents s’enivrent de twist.

Chronique africaine des années 60 à Popinguine sur la cote au sud de Dakar : deux bandes rivales, les Kings et les Inséparables, ne rêvent que de Paris en écoutant de la musique et en découpant les photos de leurs idoles dans « Salut les copains » sous le regard des notables du village, de l’ imam, du curé et de l’instituteur français, Monsieur Benoît, qui fait réciter Jean de la Fontaine aux élèves et se demande s’il doit retourner en France pour les vacances de Noël, se sentant étranger partout.

Moussa Sene Absa

Moussa SÈNE Absa est né en 1958 à Tableau Ferraille, banlieue de Dakar. Artiste aux multiples facettes, peintre, écrivain, musicien, acteur, metteur en scène de théâtre, Moussa Sène Absa a débuté au cinéma en écrivant le scénario du film, Les enfants de Dieu, puis celui du court métrage, Le Prix du Mensonge, primé à Carthage en 1988.

Il débute sur les planches comme acteur puis passe à la mise en scène de théâtre avec la pièce La légende de Ruba dont il est aussi l’auteur.

Au cinéma, son scénario Les Enfants de Dieu est primé au festival du film francophone de Fort-de-France et sa première réalisation, le court métrage Le Prix du mensonge lui vaut le Tanit d’argent lors des Journées cinématographiques de Carthage de 1988.

En 1991, il réalise un long métrage en 16mm Ken Bugul puis plusieurs courts métrages Jaaraama, Set setal, Entre vos mains en 1992. L’année suivante, il réalise Molaan et Offrande à Mame NJjare puis le long métrage Ça twiste à Popenguine qui remporte plusieurs récompenses internationales.

En 1994, il signe un moyen métrage Yalla Yaana puis, en 1996, Tableau Ferraille, un long métrage en 35mm qui remporte plusieurs prix dont celui de la meilleure photo (due à Bertrand Chatry) au FESPACO 97. Pour les Productions de La Lanterne, il réalise les documentaires Jëf-Jël (1998) et Blues pour une diva (1999).

En 2002, il réalise Madame Brouette, film en « hommage à l’affirmation des femmes ». Dans ce film, la musique et les chants sont omniprésents mais le ch?ur qui intervient à la manière des Griots est là pour nous interpeler et rappeler de manière incantatoire que le destin d’un individu est souvent le fruit de son passé.

Tout en préparant Madame Brouette, il produit pour la Télévision du Sénégal une série humoristique quotidienne, Goorgorlu, qui remporte un succès inégalé auprès des téléspectateurs.

Par ailleurs, son talent de peintre est reconnu et ses oeuvres sont exposées au Sénégal, en Europe et en Amérique.

Filmographie :

Le Prix du mensonge, 1988, cm, fiction, (Tanit d’Argent – Carthage 1988)

Ken Bugul, la République des enfants, 1991, lm, fiction

Jaaraama, 1992, cm, documentaire

Ça twiste à Popenguine, 1993, lm, fiction

Yalla Yaana, 1994, mm, fiction

Tableau Ferraille, 1996, lm, fiction

Jef-Jel, 1998, mm, documentaire

Blues pour une diva, 1999, mm, documentaire

Madame Brouette, 2003, fiction

Teranga blues, 2006, fiction, en compétition au FESPACO 2007.

Revue de presse

Twisting in Popenguine – Variety

La projection de ce film sera précédée de Denko

Denko

Dimanche 30 janvier 2022, 15h00 – Salle 300

Années 90 | Court métrage | Fiction | Programmation Janvier | Section Afrique
Guinée Conakry | Mohamed Camara

de Mohamed Camara

avec Awa Traoré, Bintou Traoré
Gui.-Co.–Fr. fict. vostf 1992 coul. 20min (16mm)

Dans un petit village africain, Mariama, pauvre et abandonnée, rejetée de tous, habite à l’écart des autres cases. Elle ne vit que pour son fils Bilaly. Il a vingt ans. Il est beau. Mais aucune femme ne veut de lui car il est aveugle. Pour lui rendre la vue, Mariama devra accomplir un grand sacrifice…

Prix du meilleur court métrage, FESPACO 1993

Mohamed Camara

Né en 1959 à Conakry, en Guinée. Etudes à l’atelier Blanche Salant (Paris). Scénariste. Comédien. Il est directeur de l’Office National du Cinéma Guinéen (ONACIG).

Filmographie :

1993 Denko (court métrage)

1997 Dakan

2001 Balafola

Ce film sera suivi de la projection de Twist à Popenguine

Quartier Mozart

Samedi 29 janvier 2022, 21h15 – Salle 300

Années 90 | Fiction | Long métrage | Programmation Janvier | Section Afrique
Cameroun | Jean-Pierre Bekolo

de Jean-Pierre Bekolo

avec Serge Amougou, Sandrine Ola’a
Cameroun fict. vf 1992 coul. 1h20 (vidéo)

Dans une banlieue populaire de Yaoundé, Chef de quartier, jeune fille curieuse, demande à la sorcière de la transformer en jeune homme de façon à observer de l’intérieur les mœurs machistes de ses contemporains. 

Jean-Pierre Bekolo

Jean-Pierre Bekolo Obama est cinéaste et enseigne le cinéma aux États-Unis. Né au Cameroun, il est révélé à Cannes 1992 avec son film Quartier Mozart qu’il réalise à tout juste 25 ans. Ce film a obtenu de nombreux prix à Locarno, Montréal, Ouagadougou et une nomination aux British Awards aux côtés de Reservoir Dogs de Tarantino.

Pour les 100 ans du cinéma, il réalise Le Complot d’Aristote, un film appartenant à une série commandée par le British Film Institute à laquelle ont participé Martin Scorsese, Stephen Frears, Bernardo Bertolucci et Jean-Luc Godard. Il a été professeur à l’University of North Carolina à Chapel Hill, à la Virginia Polytechnic Institute et à Duke University. Il a notamment développé une méthode d’enseignement, Auteur Learning, qu’il expérimente dans les Universités noires des Etats-Unis. Son dernier long métrage, Les Saignantes, a obtenu l’Etalon d’Argent et le prix Meilleures Actrices au Fespaco 2007. Il a réalisé la même année une installation vidéo, Une Africaine dans l’Espace, au Musée du Quai Branly à Paris. Son livre Africa for the Future sort en 2009 chez Dagan.

Filmographie :

2015 : Les choses et les mots de Mudimbe (doc. 243 mins)
2013 : Le Président (mocumentaire, 63 mins)
2006 : Avez-vous vu Franklin Roosevelt ? (en cours)
2005 : Les Saignantes (Etalon d’Argent, Fespaco 2007).
1996 : La Grammaire de ma grand-mère (TV – 8 mn)
Le Complot d’Aristote
1992 : Quartier Mozart

Revue de presse

Africiné – Quartier Mozart de Jean-Pierre Bekolo

La projection de ce film sera précédée de Fifty Fifty, mon amour

Présenté par Dyana Gaye et Valérie Osouf (programmatrices)

Fifty Fifty, mon amour

Samedi 29 janvier 2022, 21h15 – Salle 300

Années 90 | Court métrage | Fiction | Programmation Janvier | Section Afrique
Nadia El Fani | Tunisie

de Nadia El Fani

avec Sondos Bel Hassen,
Khaled Ksouri
Tunisie fict. vostf 1992 coul. 20min (35mm)

©Nadia El Fani

Meriem est une jeune franco-tunisienne, entre deux villes et entre deux amours.

Festival du film de Rotterdam 1993

Nadia El Fani

Après avoir été assistante à la réalisation avec Roman Polanski, Nouri Bouzid, Romain Goupil, Franco Zeffirelli, Alexandre Arcady, Jerry Schatzberg… Nadia El Fani crée en 1990 en Tunisie Z’YEUX NOIRS MOVIES sa propre société de Production.

Après plusieurs courts et moyens métrages elle réalise son premier long-métrage de fiction BEDWIN HACKER en 2002, sorti en Europe et aux USA en 2003 (Prix du Public à Sarasota Films Festival en 2004, Grand prix du film maghrébin au festival du film d’amour de Mons, Mention spécial Montréal…). C’est à ce moment-là qu’elle s’installe à Paris pour fuir la dictature.


OULED LENINE son premier long-métrage documentaire sort en 2008.

LAÏCITÉ INCH’ALLAH projeté au festival de Cannes en Mai 2011 et soutenu par Agnès Varda, (Grand Prix International de la Laïcité, finaliste du Prix Simone de Beauvoir, Prix au festival de la Luna Italie…) lui vaut des menaces de mort. Nadia El Fani poursuivie en Justice en Tunisie, elle risque 5 ans de prison. Les plaintes ont été classées sans suite après six ans de bataille judiciaire en 2017.

En 2012 sort MÊME PAS MAL, (Grand Prix du FESPACO 2013…), coréalisé avec Alina Isabel Pérez. Une réponse cinématographique à la campagne de haine et aux menaces qu’elle a subies.

C’est en 2013 qu’elle co-signe avec Caroline Fourest, NOS SEINS, NOS ARMES! Film documentaire qui suit le parcours des premiers mois d’installation du mouvement FEMEN à Paris.

CAPITALE PARENTHESE 2021 son dernier film, est une autofiction au temps du confinement.

Ce film sera suivi de la projection de Quartier Mozart

Présenté par Dyana Gaye et Valérie Osouf (programmatrices)

Samba Traore

Samedi 29 janvier 2022, 19h00 – Salle 500

Années 90 | Fiction | Long métrage | Programmation Janvier | Section Afrique
Burkina Faso | Idrissa Ouedraogo

d’Idrissa Ouedraogo

avec Bakary Sangaré, Mariam Kaba
Burkina Faso fict. 1992 coul. 1h25 (cin. num.)

Après avoir participé au hold-up d’une station-service, Samba retourne au village ou il épouse Saratou et ouvre un bar dont il rêvait depuis longtemps.

Ours d’argent, Berlinale 1993
Tanit d’argent, Journées cinématographiques de Carthage 1992

Idrissa Ouedra

Né en 1954 à BANFORA (Burkina Faso).

Titulaire d’un Diplôme d’Études Générales à l’INAFEC (Institut Africain d’Études Cinématographiques de Ouagadougou). Il séjourne à Kiev en URSS. Il a un DEA (Diplôme d’Études Approfondies), option cinéma de l’Université de Paris I Sorbonne. Fonctionnaire à la Direction de la production Cinématographique du Burkina en 1981, il sort diplômé de l’Institut des Hautes Études Cinématographiques (IDHEC, Paris) en 1985.

Il a réalisé plusieurs courts métrages documentaires avant de passer aux longs métrages. On retrouve dans son œuvre un parfait équilibre entre l’authenticité documentaire et la fiction. Idrissa Ouedraogo a reçu le Gand Prix du FESPACO pour son premier court métrage : Poko. Plusieurs autres suivent : Les Ecuelles (1983), Les Funérailles du Larlé Naba (1984), Ouagadougou, Ouaga deux roues(1985), Issa le tisserand (1985). Son premier long métrage, Le Choix, est sorti en 1986. Suivent Yaaba (1988) – Prix de la Critique au Festival de Cannes 1989, Tilaï (1990) -Grand Prix du Jury au Festival de Cannes 1990, Grand Prix du Fespaco 1991, Etalon de Yennenga 1991), Karim et Sala (1991), Samba Traoré (1992), Le Cri du cœur (1994), Kini et Adams (1997), La Colère des dieux (2003). Longs métrages auxquels il faudrait ajouter plusieurs moyens et courts métrages ; ainsi que sa participation au film collectif de réflexion sur l’attentat terroriste de New York : 11-09-01 et la réalisation de plusieurs séries télévisuelles pour les télévisions africaines.

Il a été membre du jury pour divers festivals internationaux : Venise, Tokyo, Amiens, Musée de l’homme (Paris).

Il a donné plusieurs conférences, en France (Université Paris VIII Nanterre, Musée de L’Homme), aux États-Unis (Université de Harvard, Université de New York), au Burkina Faso (Université de Ouagadougou).

Il est Commandeur de l’Ordre National Burkinabé et Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres Français.

Il est mort prématurément en 2018 à l’âge de 64 ans à Ouagadougou.

Revue de presse

La projection de ce film sera précédée de Un lugar limpo y bien iluminado

Présenté par Dyana Gaye et Valérie Osouf (programmatrices)

Un lugar limpo y bien iluminado

Samedi 29 janvier 2022, 19h00 – Salle 500

Années 90 | Court métrage | Fiction | Programmation Janvier | Section Afrique
Angola | Mariano Bartolomeu

de Mariano Bartolomeu

avec Mario Guerra, Dolores Pedro
Cuba fict. vostf 1991 n&b 17min (35mm)

Hanté par quelque chose de mystérieux qu’il a fait dans le passé, un ex-boxeur poursuivi par des tueurs professionnels, tente de se réfugier dans une ville des Caraïbes avec sa petite amie et son élève. L’histoire est librement inspirée de la nouvelle « The Killers » d’Ernest Hemingway. Tourné à l’EICTV – Escuela Internacional de Cine y Television, Cuba.

Mariano Bartolomeu

Mariano Bartolomeu est un réalisateur et écrivain angolais. Il est né en 1967 à Malanje, en Angola, et a étudié le cinéma à la célèbre Escuela Internacional de Cine y Television de San Antonio de Los Banos, à La Havane, à Cuba, une école de cinéma fondée par Gabriel Garcia Marquez, l’Argentin Fernando Birri et d’autres cinéastes latino-américains. Sa passion pour le cinéma a débuté à l’âge de 15 ans, lorsqu’il travaillait à temps partiel pour les archives cinématographiques angolaises.

Il a vécu et travaillé en Italie pendant cinq ans, de 1992 à 1997. Quelques années plus tard, il a bénéficié d’une bourse Fulbright pour poursuivre ses études de cinéma aux États-Unis. Il est ensuite retourné en Angola où il a travaillé pour la télévision publique angolaise et a réalisé, entre autres, une mini-série. En 2009, il est parti vivre aux États-Unis où il vit toujours actuellement. Ses courts métrages ont été officiellement sélectionnés au Festival international du film de Rimini, en Italie, au Festival international du film de Locarno, en Suisse, au Festival panafricain du film de Ouagadougou, au Burkina Faso, au Cinéma Du Reel, en France, à Oberhausen, en Allemagne, entre autres.

Ce film sera suivi de la projection de Samba Traore

Présenté par Dyana Gaye et Valérie Osouf (programmatrices)

Lumumba, la mort du prophète

Samedi 29 janvier 2022, 14h30 – Salle 500

Années 90 | Documentaire | Long métrage | Programmation Janvier | Section Diaspora
Haïti | Raoul Peck

de Raoul Peck

Haïti–Fr. doc. vf 1990 coul. et n&b 1h09 (cin. num.)

« Si je meurs demain, c’est qu’un Blanc aura armé un Noir », répétait en 1960 le futur Premier ministre du Congo, Patrice Lumumba. Un film très personnel du cinéaste haïtien grandi à Léopoldville.

Film restauré par Velvet Film

Raoul Peck

Raoul Peck a réalisé une œuvre complexe et variée qui va du documentaire à la fiction télé.

Il réalise également des longs métrages : L’Homme sur les Quais, qui fut sélectionné en Compétition à Cannes 1993 et Lumumba, qui fut présenté à la Quinzaine des Réalisateurs en 2000. Sometimes in April (2005) est lui présenté à Berlin, Moloch Tropical (2009) à Toronto et à Berlin.

Ancien Ministre de la Culture d’Haïti, Raoul Peck est depuis 2010, Président du Conseil d’Administration de La Fémis. En 2012, Raoul Peck fait partie du Jury du 65ème Festival de Cannes aux côtés du Président Nanni Moretti, Ewan McGregor ou encore Diane Kruger.

Revue de presse

« Lumumba, la mort du prophète », de Raoul Peck

Présenté par Raoul Peck (cinéaste) et Armelle Chatelier (historienne)