Biographie

Valérie Osouf

Valérie Osouf est une documentariste basée à Paris qui a passé toute sa jeunesse à Dakar. Elle a longuement travaillé sur l’Histoire coloniale française et ses échos contemporains (Sans Commentaire, le pays où l’on arrive jamais – 1997 ; Cameroun Autopsie d’une Indépendance – 2008 ; L’Identité Nationale – 2012 ; Je te le Rappelle, Tu t’en Souviens – 2014), avant de réaliser un portrait d’Abderrahmane Sissako dans ses territoires de vie et de cinéma, du Mali à la Chine en passant par la Russie et la Mauritanie (Sissako, Par-delà les Territoires – 2017) et un objet court tourné à Guangzhou, Xiheng Jie.

Depuis l’an dernier, elle développe aux côtés de Patrick Chamoiseau un long-métrage documentaire sur les mouvements humains, librement inspiré du roman Sartorius d’Édouard Glissant : Après Babel, ainsi qu’un essai cinématographique sur les représentations artistiques de l’interracialité aux Amériques, en Europe et en Afrique depuis 1492, Colonial Remix, dans le cadre du vnLab de Łódź

En parallèle, elle milite concrètement aux côtés de personnes exilées pourchassées par la police française, enseigne le cinéma documentaire à la BFA (Beijing) et à la Cinéfabrique (Lyon) et coprogramme avec la réalisatrice Dyana Gaye un corpus de 126 films panafricains et afrodiasporiques de 1956 à 2021, intitulé Tigritudes, cycle prévu du 12 janvier au 27 février 2022 au Forum des Images avant de partir en itinérance internationale.


Dyana Gaye

Dyana Gaye est une réalisatrice franco-sénégalaise, diplômée en études cinématographiques de l’Université Paris 8 – Saint Denis. En 2006, son film Deweneti reçoit le Prix du Jury au Festival International du Film de Clermont-Ferrand. En 2009, elle réalise Un transport en commun, comédie musicale présentée au Festival de Locarno et sélectionnée entre autres aux festivals de Sundance et de Toronto. Ces deux films seront nommés pour le César du meilleur court-métrage.

En 2013, elle réalise Des étoiles, premier long-métrage tourné entre Dakar, Turin et New-York qui sera présenté en première mondiale au Festival de Toronto. Le film reçoit le prix France Culture Révélation, le Grand prix du Jury et le prix du public au Festival Premiers Plans d’Angers.

Parallèlement à ses activités de réalisation, Dyana Gaye a été programmatrice à l’ACID (Agence du Cinéma indépendant pour sa diffusion) de 1997 à 2001 et Chargée de la programmation Cinéma au Festival Paris quartier d’été de 2004 à 2007. Elle est intervenante à La FEMIS (Ecole Nationale des métiers de l’image et du son) depuis 2014. Elle travaille actuellement à la préparation de son prochain long-métrage intitulé Studio Kébé, une comédie musicale à Dakar.

Filmographie de Dyana Gaye

2020 Studio Kébé, long-métrage (en développement)
2019 Album, long-métrage (en développement)
2014 Un conte de la goutte d’or, court-métrage (dans le cadre des Talents
Cannes de l’ADAMI)
2013 Des étoiles, long-métrage
2010 Un transport en commun, moyen-métrage
2006 Deweneti, court-métrage
2004 J’ai deux amours, court-métrage (collection Paris la métisse)
2000 Une femme pour Souleymane, court-métrage


Émilie Rodière

Le portfolio d’Émilie

Après de longues études de biologie sanctionnées par un CAPES et un diplôme d’études approfondies, Emilie Rodière passe un an à l’ESJ (l’école) de Lille pour devenir journaliste scientifique. Elle obtient ainsi deux nouveaux masters : l’un en Cinéma, l’autre en Communication et Information. Pourtant, elle ne sera ni professeur, ni journaliste mais directrice de production en particulier pour les festivals. Il faut dire que sa mère, chanteuse lyrique, lui a transmis le goût de la musique et de la vie d’artiste. Au conservatoire, elle choisit la trompette. Après avoir quitté les petits rats, elle apprend la danse dans plusieurs écoles.

Pendant ses études, elle danse 5 ans dans la compagnie de Vincent Picard et Juliette Barbier. Pendant 12 ans, elle fait partie de l’organisation du Festival International du Film d’Environnement, l’occasion pour elle de multiplier les rencontres et collaborations artistiques Nord Sud. Elle travaille également 19 ans pour le FIDMarseille, et 10 ans auprès de Paolo Moretti pour le festival Pariscience et au festival International du Film de la Roche sur Yon. En 25 ans de vie professionnelle, elle a aussi été la directrice de production d’une cinquantaine de tournages et de shooting photo en France, aux Etats-Unis et au Sénégal. En 2018, elle se remet aux études et obtient en deux ans un master de gestion des structures culturelles, un niveau B1 en Espagnol et C1 en anglais, et un DU de droit des étrangers. Dernièrement, elle collabore avec Valérie Osouf et Dyana Gaye sur le cycle de cinématographique phare de la saison Africa 2020 : Tigritudes. Parallèlement, depuis une dizaine d’années, elle s’est également mise à écrire des  textes courts sur ses voyages ou sur sa vie quotidienne. Ces petites comptines – parfois ludiquement intimes jusqu’à l’impudeur – sont toujours accompagnées de photos prises sur l’instant à la façon d’un reporter d’images.