L’Or blanc

Vendredi 18 février 2022, 16h30 – Salle 300

Années 2010 | Court métrage | Fiction | Programmation Février | Section Afrique
Adama Sallé | Burkina Faso

d’Adama Sallé

Burk. Fa.–Mar. fict. vostf 2010 coul.
20min (vidéo num.)

©Festival Cinémas d’Afrique Angers 2011

Autrefois, de force, nous traversions l’Atlantique pour les Amériques : où nous chantions et dansions dans les champs de coton pour apaiser les coups de fouet ou pour amuser le maître blanc…

Aujourd’hui de gré, nous abandonnons nos champs de coton et traversons le Sahara pour les pays de l’esclavagiste : chantant et dansant tels des enchaînés de l’Or Blanc Africain…

Deux frères, fils d’agriculteur, sur leur route pour l’Europe, n’échappent pas à la rigueur du désert : Baba succombe de soif. Ado l’enterre selon les rituels du pays, en digne fils du Burkina Faso.

Un cri de révolte contre l’absurdité d’un système agricole qui piétine les paysans du continent.

Adama Sallé

Né à Zaongo (Burkina Faso), Adama Sallé était écrivain et réalisateur. Son livre, Un mariage oblique, est publié en 2006 aux éditions Le Manuscrit. Il commence ses études à l’université de Ouagadougou, puis poursuit une licence en réalisation cinéma à l’École supérieure des arts visuels (ESAV) de Marrakech.

©Athénaïse

 Il se spécialise dans le documentaire avec un séjour à la George Washington University (États-Unis). Il réalise alors Washington Dc et New York City. L’Or blanc, son film de fin d’études à l’ESAV (École Supérieure des Arts Visuels de Marrakech, Maroc), reçoit le prix René-Monory de la meilleure école de cinéma africaine et le prix de la meilleure fiction des écoles au Fespaco 2011.

Ce film s’inscrit dans une séance de courts métrages comprenant :
Me broni ba
Pumzi
Tinye So