Cabascabo

Samedi 15 janvier 2022, 14h30 – Salle 300

Années 60 | Court métrage | Docu-fiction | Programmation Janvier | Section Afrique
Niger | Oumarou Ganda

d’Oumarou Ganda

avec Oumarou Ganda, Zalika Souley
Niger-Fr. doc.-fict. vostf 1968 n&b
45min (cin. num.)

© Argos Films

La réponse d’Oumarou Ganda au film Moi, un noir de Jean Rouch, dans lequel il interprétait son propre rôle de tirailleur sénégalais enrôlé dans la guerre d’Indochine.

Engagé volontaire dans l’armée coloniale française, Cabascabo est de retour dans son pays natal, le Niger. Très entouré, il dilapide rapidement un salaire durement gagné. Puis l’argent vient à manquer ; les amis aussi. Cabascado se met alors en quête d’un nouveau travail…

Semaine internationale de la critique, Festival de Cannes 1969

Restauration 2K par Eclair avec le soutien de l’Institut Français et Orange

Oumarou Ganda

Engagé à seize ans, il fait la guerre avec les troupes françaises au Viêt-nam (1951-1956). De retour en Afrique, il rencontre Jean Rouch, qui lui demande de jouer le rôle central de Moi, un Noir (1959). Assistant réalisateur au Centre culturel français de Niamey avec Serge Moati, il réalise et interprète Cabascabo sur son expérience coloniale et les aléas du retour au pays (1968), puis, en couleurs, le Wazzou polygame, satire pleine d’humour dont le titre devrait être en fait « le Wazzou (la morale) du polygame ».

Ces deux moyens métrages sont suivis de Satan (Saïtane), long métrage qui s’attaque aux malversations des marabouts, abusant de la crédulité du monde. Son dernier film, l’Exilé (1980), est une fable sur la parole et la mort.

Filmographie :

AnnéeTitreMétierRôle
1970Le Wazzou Polygame Réalisateur
1969Cabascabo Réalisateur
1957Moi, un Noir ActeurRobinson

Ce film sera suivi de la projection de Rhodesia Countdown

En présence de Sarah Frioux-Salgas (historienne, commissaire d’exposition) et Eyal Sivan (cinéaste)

→ suivi d’un débat modéré par Saad Chakali (critique de cinéma)